Vers le zéro phytosanitaire

Terre Saine.1

Qu’appelle-t-on produit phyto ?
Un produit phytosanitaire est un produit contenant une substance dite active mélangée à des adjuvants répandu sur une culture ou des végétaux d’ornements pour lutter contre des organismes considérés comme « nuisibles ». C’est un terme générique qui rassemble les insecticides (pour se débarrasser des insectes), les fongicides (champignons), les herbicides (végétaux), les rodenticides (rongeurs) ou encore les molluscicides (limaces, escargots).

Depuis 2008, la Commune de Pommerit-le-Vicomte arrête progressivement l’usage des pesticides dans tous les espaces publics. Des méthodes naturelles d’entretien sont mises en œuvre pour préserver la santé des usagers, protéger les ressources en eau et favoriser la biodiversité. Dès 2017, le zéro phytosanitaire sera généralisé sur notre commune. Pour concrétiser cette démarche, en 2020, Pommerit-Le-Vicomte a reçu le trophée « Zéro Phyto », remis par le Conseil régional, lors de la 21ème édition du Carrefour des gestions locales de l’eau à Rennes. Ce prix vient récompenser plusieurs années de pratiques alternatives sur l’entretien des espaces verts. La nocivité des produits phytosanitaires sur la santé, l’environnement et l’eau n’est plus à démontrer. Après avoir banni définitivement l’usage des produits phytosanitaires en 2015 et s’être engagé plus fortement dans la gestion durable de ses espaces publics, ce prix vient conforter la commune dans ses choix.
L’abandon des produits chimiques a nécessité la formation des agents qui assurent l’entretien des espaces verts (voiries, cimetière et terrain de sport), l’adoption de nouvelles méthodes de gestion et l’adaptation du matériel. Ainsi, le cimetière a été enherbé pour éviter tout recours à des pesticides. Le gazon semé est une variété à pousse lente (quelques tontes par an). Le terrain de sport reçoit également un traitement particulier comme des aérations régulières, une fertilisation basée sur une analyse de sol, des regarnissages mécaniques (1 fois / an) et manuels (tous les mois). Le matériel a lui aussi évolué pour permettre les entretiens mécaniques, tout en gardant des conditions de travail correctes. L’aménagement et le fleurissement des espaces ont été revus. La place faite au végétal est plus large sans pour autant signifier un manque d’entretien. Certaines espèces ne sont donc plus fauchées sur l’espace public. Un plan de gestion différenciée des espaces et la mise en place de zones refuges complètent le dispositif.

zéro phyto.2.PNG

Laurent MAHE, responsable des Services Techniques et Florence LE SAINT, avec Allain BOUGRAIN DUBOURG lors de la cérémonie.



La commune de Pommerit-Le-Vicomte a fait le choix de méthodes alternatives.
Le désherbage mécanique manuel : à l’aide de binette, couteaux désherbeurs ou sarcloirs. Il nécessite un temps de travail de la part des agents techniques plus important, ce qui peut être vu comme un inconvénient ou comme un avantage si l’on y voit la création d’emplois durables.
Le désherbage mécanique à moteur : les brosses rotatives sont constituées de balais généralement en acier ou en nylon. Ces engins arrachent les jeunes pousses par une action de décapage des zones imperméables, comme les trot­toirs par exemple.
La commune a choisi d'investir dans du matériel de désherbage mécanique : tels que la balayeuse de trottoir et la balayeuse de voirie. Un passage régulier permet d'éviter le salissement et les dépôts de substrat propices à la pousse des indésirables. Cependant un désherbage au fil ou à la binette est parfois nécessaire en raison de l'enracinement de certains végétaux.


zéro phyto.3.PNG

Réception de la nouvelle balayeuse par les services techniques de la commune.


Les paillages posés sur sol humide représentent plusieurs intérêts. En empêchant la lumière de passer, ils bloquent la photosynthèse et empêchent ainsi les herbes indésirables de pousser. Un paillage organique, en se dégradant, nourrit les bactéries du sol et contribue à la biodiversité du milieu. Ils maintiennent un bon taux d’humidité dans le sol.

zéro phyto.4.PNG

Enfin certaines allées ont été réengazonnées, afin de limiter les surfaces à désherber mécaniquement. Ces cheminements, s’ils sont fréquemment utilisés se désherberont seuls grâce au piétinement.

Fleurissement de bas de murs, le désherbage de ces zones est problématique car le désherbage mécanique y est difficile (risque de projection) et l’usage phytosanitaire interdit. A l’image d’autres communes, Pommerit-le-Vicomte a sélectionné des zones où un fleurissement a été implanté, en ayant le souhait de le généraliser dans les rues avec ou sans trottoir. Le but n’étant pas de créer de nouvelles zones à entretenir pour les services techniques, mais bien à ce que les habitants du bourg se réapproprient l’espace public. En 2015, les bas de murs de la mairie, de la maison du carrefour adjacent et un mur près de l'école publique ont été plantés.

zéro phyto.6.PNG

Des panneaux pédagogiques ont été mis en place sur les zones de fauches tardives et les plantations de bas de murs. Cette communication est nécessaire car elle rassure les habitants sur les pratiques et encouragent à changer notre regard sur notre environnement. L'implication et la sensibilisation des plus jeunes sont essentielles, car c'est sur eux que la réussite de ces nouvelles pratiques s’appuiera. Les plus jeunes ont été associés à l'implantation d'un bas de murs près de l'école. Ce fut pour eux l'occasion d'échanger avec Christophe et Laurent, agents des services techniques sur la plantation, les mauvaises herbes, le paillage, les économies d'eau...

Certains espaces sensibles tels que le cimetière ou le terrain de sports sont également passés en désherbage mécanique depuis 2016, là où auparavant la pratique était d’un désherbage mécanique suivi d’un désherbage chimique.
Pour aller plus loin, nous avons sélectionné quelques guides téléchargeables ci-dessous.

► Site officiel - Jardiner au naturel

Terre Saine

Depuis 2021, la commune est labellisée prix "Zéro Phyto" qui est une labellisation régionale.

La collectivité a souhaité candidater en faveur de l'obtention national "Terre saine, commune sans pesticides". Ceci permet de renforcer la démarche et la reconnaissance des efforts réalisés en contribuant à la préservation de la biodiversité, de l'amélioration de la qualité de l'eau et à la sécurité par la non-exposition du personnel des services techniques et des habitant(e)s. Lors du conseil municipal du 16 septembre 2021, les objectifs de ce label national ont été expliqués et après délibération, approuvés à l'unanimité. La commune l'a donc obtenu en décembre dernier. À ce jour, seulement 728 communes françaises ont obtenu cette labellisation.